BIENVENUE AU PANORAMA

Forme longue 1999 mots. – Forme courte (sans les encarts) 1485 mots.

Avec notre éducation précoce des sentiments et de la pensée focalisée,
nous avons, par inadvertance, supprimé nos sens panoramiques,
et avec eux une partie de notre sentiment essentiel de ce que signifie être en vie.

Je veux vous raconter une histoire sur la manière panoramique de percevoir le monde.

Mon histoire porte sur la perception panoramique du merle, qui guette les chats entre deux bouchées de son somptueux ver, du hérisson qui flaire le vent et du lièvre qui est à l'écoute de tout et de rien.

Les animaux coordonnent l'utilisation panoramique de leurs sens avec toutes leurs activités ciblées.

Les humains négligent le mode panoramique. Les jeunes enfants le possèdent et certains autistes aussi, mais notre éducation précoce à la perception et à la pensée focalisées mine nos capacités panoramiques avant même qu'elles ne commencent à se développer.

De la fabrication des premiers silex à la maîtrise du feu, de l'agriculture au travail des métaux, le développement de la capacité humaine à se concentrer avec ses sens et son esprit raconte une histoire créative et remarquable. Avec la civilisation moderne, nos vies sont devenues de plus en plus sûres sur le plan matériel, et nous n'avons plus à craindre d'être mangés vivants, nous avons des murs solides qui gardent même les fourmis à l'extérieur. Nous avons des bouillottes et le congélateur est plein, et nous avons lentement surmonté tout besoin de nos sens panoramiques.

Et en même temps, nous sommes devenus, psychologiquement et sociologiquement, plus insécurisés que nous ne l'avons jamais été.

C'est plus qu'une simple coïncidence. La concentration de nos sens et de notre compréhension nous a donné la sécurité dans le monde matériel. Cette approche de la vie a si bien fonctionné qu'elle s'est renforcée et établie.

Puis nous avons commencé à nous concentrer sur les images dans nos esprits, en essayant de comprendre les symboles abstraits eux-mêmes, en cherchant des raisons.

Et lorsque nous avons trouvé des explications et des dieux auxquels croire, la relation entre les individus, les groupes et l'univers tout entier est devenue sûre ou du moins négociable. C'était un énorme pas en avant par rapport à notre héritage animal. Depuis que les humains ont développé des croyances, celles-ci sont devenues la priorité pour notre sens de la réalité, notre identité et notre sécurité dans le monde.

Et il était si bon de savoir qui nous étions et pourquoi nous étions, que des générations d'enfants ont été rassurés lorsque nous avons raconté ces histoires. Les histoires et les croyances ont donné aux peuples et aux cultures leur intégrité, leur sens et leur finalité. Et toute comparaison avec les cultures voisines et leurs histoires ne faisait que reconfirmer l'identité individuelle de chaque culture.

Notre sécurité est devenue dépendante de la compréhension du pourquoi et de l'existence de raisons. Et il importait peu de croire que nous vivions sur le dos de la Grande Tortue, ou que les étoiles étaient les enfants du soleil et de la lune – car pour notre sentiment d'identité et de sécurité, la confirmation de la tribu était plus importante que la vérité.

Cela vaut la peine de s'y arrêter un instant, ce n'est pas un fait nouveau dans la société moderne, pour notre sécurité émotionnelle, la confirmation de la tribu a toujours été bien plus importante que la vérité. Nous n'avons pas besoin de prouver que le chocolat a bon goût ; et nous n'avons pas besoin de l'opinion de quelqu'un d'autre pour savoir si le feu est chaud. Mais la seule façon de confirmer notre compréhension abstraite du monde, c'est avec un autre être qui comprend de telles pensées abstraites.

Et au cours des derniers siècles, notre histoire a pris un nouveau tournant lorsque nous avons commencé à remettre en question toutes nos anciennes vérités. De sorte que maintenant nous avons perdu la confirmation mutuelle de notre groupe social.

Notre pensée libérale moderne visant à intégrer socialement la diversité des croyances –, plutôt que des dirigeants infaillibles imposant un consensus d'idées –, est un grand pas pour la civilisation. Mais le respect des croyances d'autrui n'est que l'ombre de la confirmation mutuelle du groupe.

Nos pensées, nos croyances et nos opinions ne sont pas sûres d'une manière qu'aucun humain dans aucune culture antérieure n'a jamais expérimentée, ni même imaginée. Et donc, malgré notre sécurité matérielle moderne, nous nous sentons toujours en danger.

Ce nouveau niveau d'insécurité a conduit à une nouvelle forme d'activité de déplacement. L'activité de déplacement est le terme utilisé en psychologie animale pour désigner les animaux stressés qui reviennent à des actions habituelles mais inappropriées. Par exemple, lorsque les poules grattent et picorent pour ne rien faire, simplement parce qu'elles se sentent nerveuses et peu sûres d'elles ; les chiens et les chats se nettoient lorsqu'ils veulent réellement se nourrir. Toute activité habituelle peut être déplacée.

Et nous avons commencé à agir comme des oiseaux en captivité qui ne peuvent s'arrêter de jacasser, dans une recherche désespérée de partenaires et de territoires, avec des habitudes de toilettage compulsives et s'arrachant couramment les plumes de leur propre poitrine ; – et des cerfs surpeuplés, qui dégagent tellement de musc sur leurs arbres marqueurs de territoire, que des anneaux entiers d'écorce se désintègrent et que les arbres meurent.

Nous nous détruisons nous-mêmes, notre culture et notre environnement, poussés par une réponse involontaire au stress et à l'insécurité. Nous surcompensons par la méthode habituelle, éprouvée et testée de notre espèce pour trouver la sécurité – notre routine habituelle : La focalisation.

Nous vivons pour nos points focaux, nos désirs, nos objectifs dans la vie, sinon nous avons l'impression que nos vies sont inutiles. La focalisation est à peu près la seule "croyance" que tout le monde confirme dans notre nouvelle culture mondiale, et elle se manifeste à tous les niveaux : la focalisation avec nos sens et avec notre esprit. Et il est vital dans la vie de se focaliser, mais seulement, jamais, la focalisation exclusive est une utilisation déséquilibrée de nos facultés sensorielles.

Notre culture possède des équilibres précieux pour notre travail quotidien de focalisation. L'art, la musique et la danse, où nous nous focalisons avec notre imagination. Le sport, où nous nous focalisons sur le ballon. Même le divertissement, où nous nous focalisons sur quelqu'un d'autre qui se focalise sur le fait de nous divertir.

Tout ce que nous faisons avec nos sens, c'est nous focaliser avec eux. Souvent, nous essayons de nous focaliser sur l'écran en face de nous, sur le fait de parler à quelqu'un et de manger, tout cela en même temps. Les seules fois où nous utilisons nos sens panoramiques, c'est de manière subliminale, lorsque nous pensons à autre chose ou que nous faisons autre chose. A part le pêcheur à la ligne, qui regarde avec l'intensité d'un martin-pêcheur – à l'exception de ces moments occasionnels où nous nous émerveillons devant les étoiles ou regardons l'océan, nous ne faisons que nous concentrer.

Et le développement est exponentiel. L'accent que nous mettons aujourd'hui sur la liberté de pensée individuelle conduira inévitablement à des idées toujours plus extrêmes et diverses. Et que les croyances soient vraies ou non n'a aucune importance pour le sentiment de sécurité psychologique dans notre monde abstrait, tant qu'il y a un groupe social pour le confirmer... le chaos est donc préprogrammé.

Et en même temps, nous négligeons la perspective panoramique de la vie.

Avec le mode de perception panoramique, les animaux se sentent directement connectés et impliqués dans tout ce qu'ils ressentent. Elle a évolué pendant des milliards d'années exactement pour cette raison : parce que c'était le moyen le plus direct et le plus fiable de percevoir tout ce qui se passe autour de vous. Les animaux ne remettent pas en question ce qui se passe – s'ils le faisaient, ils perdraient l'ouverture qui permet une réponse spontanée et instantanée.

Ce doit être un état d'agitation nerveuse pour le merle, d'interrompre sans cesse son délicieux ver. Mais plutôt que d'être vulnérable, ou paralysé par la panique, la peur et l'inquiétude, il veille, il vérifie les changements soudains dans son environnement.

Nous, les humains, avons perdu la capacité de neutraliser notre panique, notre peur et notre inquiétude. Nous ignorons le privilège et la bonne chance que nous avons, d'être réellement en sécurité. Nous n'avons pas besoin de nous enfuir quand une porte claque ou qu'une lumière s'allume. Nous n'avons pas besoin de paniquer quand la moindre chose change dans notre environnement.

La plupart du temps, nous ne remarquons même plus ces stimuli, et c'est bien là le problème, ils étaient effrayants, nous avons donc éliminé les problèmes, mais pas seulement, nous avons éliminé une partie de notre conscience. Maintenant que nous n'avons plus besoin de nous sentir en danger à cause des changements, nous pouvons simplement continuer à nous sentir partie prenante de tout cela. Utiliser les sens de cette manière est une façon différente de percevoir le monde – pas seulement être en contact avec le monde, mais être impliqué dans celui-ci.

Cette histoire est liée à des idées religieuses. Mais il ne s'agit pas d'une nouvelle forme de méditation. Il s'agit de quelque chose avec lequel nous sommes tous nés – et non d'un corps spirituel, ou de quoi que ce soit de profond ou de philosophique –, une capacité physiologique pratique que nous avons supprimée par inadvertance, et avec elle, une partie de notre sentiment essentiel de ce que signifie être en vie.

L'humanité a pu se développer parce que nous avons utilisé notre pensée abstraite pour donner un sens au monde réel, pratique et tangible. Et même si cela peut sembler étrange ou un simple jeu de mots, nous devons utiliser quelque chose de réel et de tangible si nous voulons donner un sens à notre monde abstrait.

Dans le monde réel, des choses se produisent de temps en temps : un jour, j'entends trois chiens aboyer, puis quatre jours plus rien, puis un autre aboiement. Les choses se répètent de façon aléatoire. Pour les merles, cette réalité aléatoire est une cause d'insécurité. Mais les humains ont des murs et des horloges pour organiser leur vie, des codes moraux et des lois pour nous protéger, nous n'avons aucune raison de nous sentir en insécurité –, ce qui nous manque, c'est un sentiment de réalité.

Cette façon de ressentir et de se sentir partie prenante de tout cela est similaire à la pleine conscience, mais celle-ci est généralement appliquée uniquement à l'esprit ou à la conscience intérieure du corps. Les animaux l'appliquent à leurs trois sens externes, et la valeur pour les animaux est seulement de remarquer les changements. Par-dessus l'odeur de fond du feu de bois et du café, votre chien est toujours capable de sentir un intrus. Ce sont les changements que l'on remarque – et en dehors de nos murs solides, la vie est toujours en train de changer avec des répétitions aléatoires.

Les animaux utilisent leur sens du panorama de diverses manières. Lorsqu'il somnole, le lièvre tourne ses oreilles vers l'extérieur, à l'affût des sons, et les oiseaux endormis ont un œil ouvert. Les animaux prédateurs, du serpent au martin-pêcheur, utilisent le mode panorama pour guetter les mouvements de leurs proies.

Dans sa forme la plus sensible, c'est une présence réceptive intense, et une conscience préventive, toujours prête et en attente, une seconde avant que les choses ne se produisent. Et cela neutralise la pensée abstraite, on ne peut pas penser quand on est à l'affût.

Je ne comprends pas tout, je sais juste que j'aime ça, et que ça semble naturel, et avec la familiarité, c'est devenu vital pour ma vie. Ça me fait me sentir entière et me donne un sens à tout ça.

Les plantes ont des "chimiorécepteurs", pour sentir et goûter l'air. Chaque amibe possède des chimiorécepteurs et une sensibilité généralisée à la lumière et aux vibrations. Le mode panoramique a dû se développer avant la mise au point. C'est la base même de la vie, et toutes les autres créatures le possèdent, mais nous l'avons perdu.

Les enfants naissent avec cette façon d'être en contact avec le monde et de le percevoir. Nous devons équilibrer notre éducation de plus en plus précoce à la lecture, à l'écriture et à la réflexion ciblées, avec une éducation précoce et un encouragement au mode panoramique.

Beaucoup d'adultes vont trouver difficile de réapprendre cela après des années de négligence. Nous devons jouer à faire le guet avec nos enfants. En guettant les mouvements autour de nous et du coin de l'œil comme les merles, en écoutant les chiens et les humains comme le fait le lièvre, et en sentant au vent le café ou la cuisson des aliments, tout comme le hérisson sentira les pommes et les scarabées.

Les animaux et les enfants seront nos nouveaux gourous. Les enfants connaîtront tout le potentiel de cette façon de sentir avant nous.

Les conteurs avaient l'habitude de répéter de telles histoires. Pour être efficace, il devait s'agir d'un récit simple et divertissant que tout le monde pouvait comprendre – et chaque enfant peut comprendre pourquoi le merle doit faire attention aux chats entre deux bouchées de son somptueux ver, et comment les animaux coordonnent le sens panoramique avec toutes leurs activités ciblées.

Et comme nous l'avons vu, que le conte soit vrai ou fantaisiste n'a pas d'importance ... les contes ont seulement besoin d'être racontés, et il suffit que quelques personnes commencent à les raconter pour confirmer une croyance ; et comme de plus en plus de personnes l'ont entendu et compris, pour être confirmées dans les traditions de la culture ... et alors il pourrait y avoir une fin heureuse à cette histoire.

Veuillez poursuivre avec INTRODUCTION AUX SENS À LARGE BANDE

Reviens a l'index